Dernières nouvelles

Douce France, le pays de mon enfance….

On grimpe, grimpe jusqu’à Thollon-les-mémises, au dessus d’Evian, en Haute-Savoie. 1000m. La neige n’est pas loin. Gwenaelle, Jean-Luc et Chloé nous accueillent comme des princes avec méga raclette traditionnelle, croziflette et bonne humeur!! On ne s’est croisés que quelques heures au sommet d’un col en Norvège et pourtant on a l’impression de se connaître depuis longtemps ! Magie…

Jean-Luc offre une séance gommage aux phares du Camion. Incroyable, on y voit comme en plein jour !! C’est peut être pour ça qu’on n’a pas vu les moose en Finlande !

Les jours qui suivent sont consacrés à la famille : sur Ferney Voltaire, Chambéry, Grenoble. On fait aussi nos dernières emplettes.

Mi-novembre. L’arrivée chez nos parents est saluée par la neige. On est obligés de chaîner pour rouler! Comme beaucoup de Drômois, on tronçonne les arbres, les branches cassées par la neige. Dans notre camion, nous sommes les seuls à avoir à la fois de l’électricité, du chauffage et de l’eau!! Xavier part en renfort des équipes enedis à pied d’œuvre. 

C’est beau quand même !

On apprécie les retrouvailles, les repas en petits comités avec les amis, les bons petits plats, préparés avec amour rien que pour nous. Mathilde a dressé à sa grand-mère une liste de desserts impressionnante!! Elle fait le plein de copines et ne veut plus entendre parler de son lit dans le Camion !

On s’envole pour Bangkok le 1er décembre. 

On a adoré ces 5 mois en Camion. On a pris soin les uns des autres, on a composé, on a rit, joué, rêvé, rouspété parfois (ils diront « enfin, surtout toi, maman ! »). On a beaucoup échangé, dit nos ressentis, on s’est écoutés. On a appris la lenteur, le bonheur simple de prendre son temps, on a savouré le luxe de ne pas avoir de contraintes, d’être fainéants, pas pressés. On a découvert la chance de pouvoir vivre au jour le jour juste en écoutant nos envies, nos besoins. Chaque jour, on a profité, en mesurant notre chance. J’ai beaucoup pensé à ceux qui m’ont aidée à réaliser ce rêve. 

En arrivant, on s’est dit quand même qu’on n’avait pas vu le temps passer, qu’on avait l’impression d’être partis la veille, voire même pas partis…. On n’a pas dû s’échapper assez longtemps….?????

:))

PS : il y a eu une petite manip ratée sur le blog. L’article ‘Bilan’ n’existe pas. Mais merci pour vos petits mots d’alerte ! Vous êtes top réactifs !

C’est bien ou bien?

Konstanz est à cheval entre l’Allemagne et la Suisse, les pieds dans l’eau de son beau lac. On le longe du côté Suisse. Les maisons ont des colombages, les jardins sont nickel, on sent tout de suite que tout est millimétré, calé, rangé, ordonné, sécurisé, contrôlé… C’est presque oppressant…

Fin de journée, on arrive aux chutes du Rhin. L’eau gronde! La billetterie est fermée, on va faire un p’tit tour. Petit ? On rentre au final trois heures plus tard! Jolie balade par-dessus les chutes via un pont de chemin de fer, le long des quais du bassin, dans le château et ses grottes (gratuit à partir de 19h! Quelle aubaine et on est pleinement seuls !). La puissance de l’eau est impressionnante même si on n’est pas à Iguazu!

(video ci dessous à lire en ligne sur le blog)

C’est un Halloween peu banal!

Le lendemain, il pleut (ah, encore… ? ben voui…). Devoirs, préparation asie, intendance.

Vendredi 2 novembre : on explore le Technoparc de Winterthour. Espace scientifique sur 3 étages pour découvrir en manipulant. Plus grand, plus complet, plus blindé et plus cher aussi que celui de la République Tchèque. 10h-17h, si avec ça on ne devient pas instruits et intelligents !!

Direction Zürich ! Bivouac en pleine nature sous de grands arbres. Mais le vent se lève et à minuit, bruits étranges sur le toit du Camion… Des branches tombent… Branle-bas de combat ! Le panneau solaire est en danger! On s’échappe mais on tourne un bon moment : il fait nuit, jamais simple de trouver un bivouac de nuit, et de plus, en Suisse tous les parkings sont réglementés : pas plus de 4h, de 6h… Or on ne joue pas en Suisse : amende assurée ! On finit par trouver un parking de station … d’épuration ! Très chic le bivouac (sic) ! Il fera bien l’affaire !

Zürich. Dimanche. Parking gratuit et tolérance sur le temps de stationnement. En face du Camion, le jardin des plantes. Énormes cactus… !

Le temps est couvert quand on part se promener, et bientôt c’est le déluge ! On rentre trempés ‘à la maison‘ et on fait des cookies !

Le lendemain matin, le soleil brille, on décide de refaire un tour en ville.

Après le déjeuner (dans le Camion, ici tout est hors de prix, la Norvège a trouvé un maître !), on prend la route vers Berne. Se garer est encore compliqué, on trouve une place pour bus, limitée à 2h, mais avec l’aval de la police, on peut y rester sans se faire prûner! 2h c’est court et il fait nuit, on sort nos trot’. Étonnante Berne et ses belles arcades, ses caves cachées, ses boutiques de luxe emplies de fines marchandises. L’horloge est magnifique, les jeux de lumière mettent en valeur façades et rues. 2h bien plaisantes et on rentre inextremis : il se met à… pleuvoir !!

On roule 30 min pour bivouaquer au pied d’un hermitage à visiter. Fait frisquet!

Le lendemain, grosse déception : l’hermitage est fermé depuis 3 jours. Pas de chance. On descend sur Gruyère. Le temps est clair. Le château nous appelle !

La visite est très sympa. Une vidéo très poétique relate l’histoire du château (et en français !!!), Mathilde a une énigme à résoudre, quelques rayons de soleil traversent le chemin de ronde. Ça nous plaît !

On va ensuite à la fromagerie pour dégustation. Et comme pour le gouda à Gouda, on découvre le goût du vrai gruyère à Gruyère !

La Suisse, c’est bien ou bien? C’est finit surtout! On file en France chez Gwenaelle, Jean-Luc et Chloé rencontrés sur la route des Trolls en Norvège. Je suis un peu soulagée. J’ai stressé : peur d’être en faute tout le temps et puis c’est décidément trop cher!

Charade de Mathilde :

Mon premier recouvre mon corps.

Mon deuxième est un meuble pour dormir.

Mon troisième est l’action de couper du bois.

Mon tout fait respecter la loi (surtout en Suisse!)

 

Rendez-vous contes!?

Tout en douceur, en pleine campagne, on passe de la République Tchèque en Allemagne. On explore, entre deux averses, le labyrinthe de roches de Wunsiedel. En pleine saison d’été, un immense théâtre en plein air accueille spectacles et visiteurs. Les arbres revêtent leurs robes couleur soleil, c’est très beau.

Samedi 19 novembre. On arrive à Bayreuth chez Muriel et Sven. J’ai rencontré Muriel en Drôme pendant l’été 2018. Depuis, on est restées en contact et grâce à son réseau, Muriel m’a trouvé trois RDVs contes! Trop bien ! Je raconte dans trois Volkshochschule (MJC chez nous) pour des adultes/ados francophones et/ou apprenants, à Bayreuth le 19, puis à Bamberg le 23 et à Munich le 25.

40 personnes ont répondu présent à Bayreuth pour écouter mes histoires. Après les contes, petit pot d’échange. Mathilde a servi tout le monde avec entrain et professionnalisme !

Les quatre jours suivants, on ‘larve’ chez Muriel. Le dimanche, en trottinette et vélo, Muriel nous fait une visite guidée de la ville, son parc, ses ruelles, sa maison Wagner. Le lundi, fabrication de courge Halloween avec Nicolas et Mathilde, resto traditionnel allemand, parties de cartes et tours de magie! Quel bon temps! Mardi, fabrication de beurre, film et raclette à la française ! On apprécie cette grande maison, sa wifi, son espace, son calme, l’hospitalité et la bonne humeur de ses propriétaires ! Quatre jours en suspension ! Dankeschön!

Mercredi, contes à Bamberg. On arrive dans l’après-midi. Petite balade dans cette jolie ville colorée et médiévale. Mise en place dans la belle salle de la Volkshochschule. Une trentaine de personnes vient dont une dizaine d’adolescents avec leur professeur. Petit pot, de nouveau servi par Mathilde. Les gens repartent contents et surpris : ils n’assistent pas souvent à ce type de rencontre. L’équipe d’accueil est au petit soin pour nous et nous trouve en plein centre une place de rêve pour le Camion. Merci !

A Bamberg, on goûte la traditionnelle ‘rauchebier’ ou bière fumée. Spécial…

On a deux jours pour aller à Munich. On passe par Rothenburg ob der Tauber, village classé comme un des plus beaux d’Allemagne. Et en effet, il est charmant ! En plus il fait beau!!

Puis une halte à Dikensbühle, visite en trott’, et on va dormir au pied du château de Harburg sur la jolie route romantique de Bavière.

Le matin, je fais une visite courte et seule du château dont l’histoire est vieille et sûrement très intéressante mais en allemand, alors je décroche. Pas grand chose à voir à part la jolie cour… Il est plus impressionnant de l’extérieur.

Et on arrive tranquillement à Munich. Comme à Bayreuth et Bamberg, on est très bien accueillis, ici par Marie, la directrice des études. On installe le Camion devant la salle située dans une banlieue calme. Petit moment d’intimité que ce temps de contes. Après, pizzas avec Marie et Elisabeth, une professeur de Français. Belle soirée !

Munich, le lendemain. On prend le S-bahn (métro), Mathilde est aux anges.  On avait trouvé qu’il y avait du monde à Prague. C’était de la gniogniotte par rapport à la Marienplatz de Munich. En plus il y a un match de foot l’ambiance est chaude! Et il fait beau ! (c’est un fait suffisamment rare pour le souligner!!)

Le jardin anglais. Le sensuel de chez Gaia (savonnerie à Montélier) s’y sent bien!

Les allemands aiment les belles voitures…

Le lendemain, on prend la direction de Stuttgart, pour les musées de Porsche et Mercedes! On dort perdus dans la campagne près de vergers de pommes succulentes qu’on achète. Et je vous le donne en mille… : il pleut ! Le lundi est consacré à la logistique (vidanges, pleins) et aux devoirs. On chasse aussi ! On pratique le natur’art et l’ “into the wild!” !!

On galère à Stuttgart : une grande partie de la ville et de sa banlieue proche sont en zone environnementale. Il faut une vignette Eco4 pour circuler en ville, qu’on essaie d’acheter mais qu’on nous refuse : il faut un véhicule de 2006 minimum ou équipé de filtres à particules. On roule de nuit en ville pour être plus discrets et ne pas se faire contrôler et on trouve un coin hors zone, entre propriétés cossues et champs, à 25 min de marche du musée Porshe. Trop fiers!

Porshe. Agréable visite ! Xavier et Mathilde s’extasient, moi, je dois reconnaître qu’il y a de belles lignes ! Mais rien ne vaut ma Faggard Mobile (clio grise ultra fonctionnelle !). Le prix du musée défie toute concurrence : prix réduit si on a un billet journée pour les transports, Mathilde ne paie pas, total 8€!

Mathilde fait une présentation vidéo ci dessous en vidéo!

Mercedes. Prix raisonnable aussi : 15€ pour nous trois. Ascenseur futuriste pour accéder au 8ieme niveau de cet incroyable ensemble ultra moderne et design. On plonge de suite dans l’univers de l’automobile, sa création, les grandes avancées, les évolutions. Entre chaque niveau que l’on descend en spirale, une exposition photo qui retrace l’histoire, les grands événements. Audio guide en français, jubilatoire ! Magnifique musée et même si on se contre-fiche des voitures, faut reconnaître que c’est de l’art !

Dernière étape allemande : Konstanz, ville à cheval entre l’Allemagne et la Suisse. C’est sous une jolie petite pluie fine que l’on arrive. Conseils aux voyageurs qui veulent faire un tour en Europe du nord : prenez des parapluies ! La ville est jolie, les abords du lac romantiques, les façades des maisons raffinées, il manque un truc… Le soleil ! La soirée est tellement pluvieuse qu’on se réfugie dans un Irish pub! Ambiance foot, rires, bières et jeunesse ! Le lendemain est plus clément (entendez juste gris, sans pluie!), on trottinette. Fait 14 degrés !

En fin de journée, en délicatesse, on glisse en pays neutre! Suisse !

Dans le coin de Mathilde, un nouveau tour de magie !

Charade de Mathilde :

Mon premier est une vaste étendue d’eau salée.

Mon deuxième est la troisième lettre de l’alphabet.

Mon troisième est le nom d’un chanteur pour enfants dont le prénom est Henri.

Mon tout est une marque d’automobile.

 

Bonus!!

Petite blague : Que dit un nuage le jour de son anniversaire?

Oh! Je suis pluvieux!