Norvège – 17 juillet – 25 juillet 2019

Décalés.

Avec ce voyage au long cours, c’était notre objectif : vivre un an hors temps. Décalés…

Avec la Norvège, l’entrée en matière est fulgurante! La « faute » au soleil de minuit. Il fait jour jusqu’à 1h du mat, à peine sombre entre 1h05 et 3h et à 3h05 c’est reparti pour un tour! Ici se « coucher avec les poules » est une expression qui n’existe pas! Parce qu’il n’y a pas de poules et j’ai compris pourquoi : les coqs passeraient leur temps à chanter! Bref… Du coup, difficile d’être au lit tôt. On se balade tard, on bivouaque tard, on mange tard, on vit tard. Et on dort le matin. Non non l’expression « l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt » n’existe pas non plus! 😉

Après le fjord de Geiranger, on a sillonné toutes sortes de routes, celle des aigles, celle des trolls, celle numéro 17. Merveilles permanentes.

On a fait belles rencontres. Tout d’abord, une famille de haut-savoyards : Gwénaëlle, Jean-Luc et Chloé (9ans) ; les filles ont passé leur soirée à collecter des cailloux d’or dans la montagne et nous à papoter et échanger de bons plans! Les rencontres françaises sont rares et quand elles sont chouettes, elles sont d’autant plus savoureuses.

Puis deux pêcheurs norvégiens.  Ils ont offert à Mathilde une canne à pêche et ses premiers rudiments du sport national ! C’est le début de parties de pêche mémorables ! 

Enfin, un couple d’allemands équipés de bouteilles et de tout un bazar de pêche pour la cueillette des Saint-Jacques en plein fjord! Le monsieur a donné tellement de bons conseils à Xavier que dès le lendemain : grosse prise!

Attention, markrel, torsk, laksørret (z’avez vu notre niveau en norvégien ?!) et tutti quanti ont intérêt à nager au large!

Comme des flèches, en trottinettes, nous avons fait le tour de Trondheim. C’est beau, sympa mais la nature est si puissante qu’elle nous rappelle déjà !

Sur la route 17, de bacs en bacs, d’îles en îles, de couchers de soleil en couchers de soleil, de troupeaux de moutons en troupeaux de moutons (non pas vu d’élan, paraît qu’ils sortent tôt le matin, c’est sûrement pour ça…) on franchit le cercle polaire arctique … Des fées volent…

 

Imposant et gracieux, blanc et bleuté, clair et obscur, le glacier de Svartisen se mérite ! Lever tôt (non mais ça nous arrive quand même !), traversée en bateau, vélo et marche/escalade sportive, mais quel spectacle ! On a adoré ! 

Xavier n’en revient pas du nombre de Tesla croisées sur la route. A 100 000€ la voiture, cela laisse imaginer le niveau de vie du pays…

Moi, je n’en reviens pas de la taille des moustiques…. Mais soyons francs, on n’est pour l’instant peu gêné par ces bestioles là.

Mathilde a pu approcher, caresser et donner à manger à une famille d’élans. il y avait même un bébé de 7 semaines!

Côté température, on arrive à un petit 24 de moyenne avec pluie quasi tous les jours. Mais on dort bien et la pluie qui tambourine sur le Camion, ça berce! On cuisine quand fait trop gris. On a aussi des nouvelles de Charlotte qui fabrique des souvenirs en colo pour des 9-11 ans à Savines le Lac.

On s’approche des Lofoten… Prochain épisode !

Charade de Mathilde :

Mon premier est le contraire de dur.

Mon deuxième est un poisson souvent en boîte.

Mon tout court partout sur les routes de Norvège!

Alors?

Commentaires (5)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *